Parole à notre évêque Mgr Gosselin sur RCF

Monseigneur Hervé Gosselin évoquait l’actualité diocésaine en octobre dernier. Il aborde les questions de bioéthique 9 mois après son appel aux fidèles à s’engager avec l’Eglise et le CEF à la réflexion et l’approfondissement des fondements de l’humanité que le débat bioéthique devait susciter en chacun de nous au service de cette même humanité que nous partageons et dont nous sommes responsables, devant Dieu et l’Histoire.

Décevant sur la bioéthique, la dignité de la bioéthique n’est pas approfondie dans le document ecclésial. Réduire la réflexion au droit des enfants est loin d’être suffisant. Le caractère sacré de la création ( et de la procréation surtout ) n’est pas évoqué : pourquoi un représentant et enseignant de l’Eglise, c’est-à-dire des familles ( première église enseignante ), des fidèles et des hommes de bonne volonté et de bon sens n’ose-t-il pas évoquer ce caractère sacré ?

Jusqu’ici l’Eglise parlait ( trop peu clairement ) de la dignité de la vie humaine « dès la conception » dit clairement le Magistère, sans toutefois expliciter le moment de cette conception, laquelle permettrait de dire celle non pas seulement de la vie qui est une conséquence mais aussi celle justement de la Dignité de la Procréation. Tant il est vrai que ses représentants aux commissions parlementaires, débats, colloques, séminaires, semaines sociales (depuis 20 ans où le débat bioéthique est ouvert !!) ont préféré ignorer, voire huer ( exemple Semaines Sociales de 2001 ) les déclarations de St Jean-Paul II sur l’animation de l’embryon dès l’apparition du génome (pendant la fécondation), n’y a-t-il pas une voix qui puisse être enfin entendue ?

Un Aggiornamento qui met fin à cette complicité avec l’inanimation de l’embryon pendant la procréation, la PMA justement, laquelle est au fondement, la determination, le principe et la source immortelle de tout enfant ? Voila le fondement qu’il convient d’approfondir et de permettre aux fidèles de pouvoir contempler, honorer, servir , promouvoir, protéger , éclairer, défendre jusqu’au martyre, témoigner : l’église ne manque pas de ressources philosophiques, métaphysiques, magistérielles, doctrinales, scripturaires, théologiques, exégétiques, mystiques , et aussi scientifiques… 

La procréation est aussi le coeur, le centre de gravite, la vitalité, la sainteté aussi, le noeud de la famille, tri unité sponsale enseignee par St Jean-Paul II également : il n’y a pas de famille sans procréation ! A focaliser sur le seul enfant, c’est réduire la famille à ceux qui en ont (ou au moins pire discours à ceux qui en ont conçu).

la loi bioéthique vient dévaster, désoler, et même abominer, en transgressant la loi naturelle et la loi de création divine. Car, faudrait-il insister en disant que c’est Dieu qui créée une âme « directement » , Volonté de Dieu de faire ainsi de la femme et des entrailles de celle qui conçoit de par Dieu un enfant, la Tabernacle de Dieu , le « Sanctuaire de la Création reservé à Dieu seul » ( Jacques Chirac salon biovision de ltyon fevrier 2001), bref le Saint des Saints dont la garde est confiée aux veilleurs, aux grands prêtres, à l’église ecclésiale, à l’église domestique.

Il est plus que jamais temps de ne plus mettre la lumière sous le boisseau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire