Pleins feux sur la PMA en matière de Santé Publique

Nous vous invitons à visionner cette conférence du Docteur Henrion-Caude organisé par « Cosette & Gavroche » le 15 Septembre 2018

Voici un bref résumé de l’intervention

1/ la valse des acronymes qui empêche toute réflexion éthique.

2/ la réalité hospitalière et l’incapacité de répondre aux questions surréalistes que la PMA donne à gérer

3/ L’origine développementale de la santé et des maladies ou les conséquences épigénétiques observées par la PMA qui, posant un enjeu de santé publique, appelle les autorités à diminuer voire stopper le programme de PMAs en France. Les jeunes hommes ainsi procréés ont un taux de spermatozoïde réduit de 50%. Le risque de naitre avec une maladie épigénétique connue est multiplié par 4. La détresse psychologique des femmes subissant la PMA est réelle mais niée par la société, sous le prétexte qu’elles ont eu ce qu’elles voulaient (parfois elles ne l’ont pas et ce sont celles qui osent parler et dire l’horreur de cette procédure qui transforme la femme en machine à produire des ovocytes)…etc

4/ sans cadre de cette « pma pour toutes », la pma pour toutes a lieu et ne pose aucun danger pour les mères. (je ne dirais pas de même pour les enfants )

5/ avec cadre, les prochaines étapes incontournables vont être PMA pour toutes, donc OBLIGATOIREMENT PMA pour tous, donc GPA ET greffes d’utérus ET utérus artificiels, donc clonage ET l’irresponsabilité sociale, donc moralement répréhensible de procréer naturellement sans faire le tri préalable des qq anomalies. L’enfant se dressant contre ses parents de l’avoir fait porteur de mutations ou de maladies quand ils auraient pu l’éviter.

 

Commentaires de Bioethique et Catholique

La vérite scientifique est donc donnée : les conséquences sur l’enfant et la santé sont cachées ainsi que sur la santé mentale des mères qui ont vécu la PMA (suivi de plusieurs milliard de dollars sont mis pour accompagner ces dégâts qui sont complètement ignorés des medias).

Avec l’ectogenèse, la procréation et la gestation ( grossesse ) ne seront plus nécessaires techniquement, ni scientifiquement  selon les autorisations que se donneront les généticiens dans le cadre d’une libéralisation obtenue de recherche en 2013 sur l’embryon.  Il reste à abonder sur la partie de la Dignité de la Procréation qui porte sur son caractère sacré et divin et de transgression eschatologique.

1 Rétrolien / Ping

  1. Déclaration des évêques « Dignité de la Procréation » 2/2 – Bioethique et Catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*