Déclaration des évêques « Dignité de la Procréation » 2/2

Liminaire

En lisant cette Déclaration in extenso, nous sommes déçus de voir que l’aspect vertical est très largement sous-traité : ce qu’on en voit dans la synthèse ne le laissait pas forcément présager ou présupposer. Bref il y a peu de ce coté là à retirer en matière d’apport épiscopal supplémentaire par rapport à ce que nous commentions à propos de la synthèse.
Néanmoins il parait utile de préciser que la 1è partie donne des marques de cette Dignité de la Procréation, comme étant  le fil rouge le plus important et une référence fondamentale mise en exergue dans ce contexte de changement en matière de bioéthique, ce, de façon explicite, et qui mérite d’être publicitée, approfondie, par des références et études  appropriées.

La Déclaration

Page 7 à 11  Introduction par Mgr d’Ornellas :  » reconnaitre la dignité de la procréation » …  le titre suit  avec :  « et s’engager pour la fraternité « ..
(Ce qui annonce bien ce que la Déclaration ne cessera pratiquement pas de faire tout du long, ramener la question sur le plan non de la Paternité et de la Procréation en ce qu’elle porte en matière de Dignité pour les catholiques, les croyants et les personnes de bonne volonté , mais de la fraternité humaine …)

Page 11 à 20 : « Declaration  »
Il s’agit  d’une Déclaration liminaire qui expose les motifs qui mobilisent les eveques à faire cette Déclaration … Celle-ci  n’apporte rien  ou si peu  en matière de « dignité  » de la Procréation sinon du point de vue humain et culturel ( au sens religieux)

Page 21  à 35
chapitre 1:  « valeurs et normes  fondamentales de la Procréation » dont Page 21 à 27 : « La Dignité de la personne inclut la Procréation »
Cette partie représente la contribution intéressante de la Déclaration, même si elle s’appuie principalement sur des déclarations du Conseil d’Etat et aucune quasiment du Magistère et de l’Eglise. Il est bon cependant de relever, en notes, Redemptor Hominis , Familiarum Consortio et Caritas in Veritate …
Commentaire rapide : pourtant  d’autres paroles du Magistère ou de la tradition si importants (que bioethiquecatholique.fr a mis en exergue) pourraient sensiblement éclairer les lecteurs sur le caractère fondamental de cette Dignité: Humani Generis, Déclarations de Benoit XVI et de  JeanPaul II, vision de Ste Therese d’Avila sur la Conception, les révélations de Ste Hildegarde ou de soeur Lucie de Fatima sur le combat spirituel final ou escathologique contre la Procréation et la famille, les textes de l’Ecriture Sainte et leurs traductions théologiques et monosyllabiques.

dont Page  27 à 35  :  » Comment préciser cette dignite de la procréation  constitutive de la dignite de la personne »

« La Procréation  ne doit pas s’affranchir  d’une relation intégrant toutes les dimensions de la personne »

« La Procréation  ne doit pas être l’objet  d’une volonté à tout prix  mais le fruit d’un désir d’accueillir »

il pourra être utile de tirer des instructions de ce titre qui conjugue cette blessure avec les modes de procréation exhibés en PMA.

« Pour un accompagnement respectueux  des personnes en souffrance  d’attente d’enfant »

Commentaire rapide: La Déclaration signale la ligne éthique en-deçà de laquelle « la Dignité de la Procréation est blessée » ;  on voit bien que la déclaration a quitté le contenu de son titre de chapitre  pour ramener à un niveau moral …

Chapitre 2  et 3
Pages 40 à 47
& 24 à 31 L’ethique  des pratiques actuelles de l’AMP ( PMA)

Pages 52 à 72
& 32 à 50: L’ethique de l’AMP pour toutes les femmes
[commentaire rapide : ces  chapitres 2 et 3  sont dans l’argumentaire…  et ne font pas vraiment ressortir la dignité de la Procréation ]

chapitre 4
pages 77 à 85
& 51 à 60 : La profondeur d’un regard sur la personne en société : dignité et fraternité

Ce chapitre 4  est une sorte de conclusion et fait le lien entre le projet politique et ses conséquences sociales, de droit, d’humanité, d’exercice de la liberté

La Déclaration  appelle ensuite  à résister à ces dangers en revenant  « à l’attention au mystère de la personne  et à sa transcendance » ( &59)

 

Commentaires de Bioéthique et Catholique

Le mystère de la personne, la genèse et le principe de sa transcendance et de sa Procréation, hélas, dans cette Déclaration,  n’auront pas vraiment été abordés sur le fond et les fondements : la lettre ne s’adresse pourtant pas seulement au CCNE et au gouvernement mais à l’Eglise et aux hommes et familles de ce pays et du monde entier !

Nous maintenons délibérément les commentaires déjà  publiés le 21/09 à partir de la lecture de la synthèse de la Déclaration.

Il est  regrettable par exemple qu’il n’y ait pas de proposition constructive à l’instar des 11 propositions que nous avions faites.

Tant d’autres paroles du Magistère ou de la tradition patristique et d’études scripturaires si importants nécessitent d’être revisités pour éclairer les lecteurs sur le caractère fondamental de cette Dignité : Humani Generis, Déclarations de Benoit XVI et de JeanPaul II, vision de Sainte Therese d’Avila sur la Conception, les révélations de Ste Hildegarde ou de soeur Lucie de Fatima sur le combat spirituel final ou eschatologique contre la Procréation et la famille, les textes de l’Ecriture Sainte et leurs traductions théologiques et monosyllabiques… Des articles de bioéthique et catholique y aident sensiblement (*) …

La Déclaration des évêques de France re-focalise la question de société sur la « Dignité de la Procréation », et donc son caractère sacré … ce qui rejoint, paradoxalement, ceux qui utilisent le mot «sacré », sans mesurer la portée de ce mot, quant à désigner l’humanité. Continuer et dialoguer avec ceux qu’interroge cette mutation de la loi bioéthique sur ce plan est indispensable : les catholiques et les croyants comme d’ailleurs les gens « raisonnables  » (qui s’appuient sur la vérité sur l’être humain par la raison)  ne sont-ils pas appelés à témoigner que ce caractère sacré ne vient pas seulement d’un privilège de l’espèce  humaine (face aux autres espèces vivantes  végétales ou animales), mais bien du fait que ce privilège vient de ce que la création de chaque homme pro-vient d’un être premier (pour les philosophes ou métaphysiciens : autrement dit l « être de l’être  » ou pour ceux qui privilégient chez l’homme la raison et la relation, « l’intelligence de l’intelligence », « le principe de toute relation » ou communion  ou amour entre les êtres). Pour les croyants, de Dieu , et en particulier pour les catholiques, il s’agit bien de la Très Sainte Trinité qui « descend du ciel » pour créer une âme spirituelle  au moment du processus de fécondation (Encyclique Humani Generis) , en particulier au moment de l’apparition du premier corps embryonnaire humain, le génome (s’appuyant en cela  sur des textes du Magistère de l’Eglise catholique qui obligent de  foi, car le Mystère de la vie et du sacré persiste, et en conscience).

Pour toute personne et citoyen il y a la conscience par laquelle nous savons que Dieu parle à tout homme et par lequel les Ecritures affirment que chacun sera jugé, car nul ne peut ignorer que la vie terrestre a une fin et que l’âme humaine est de raison immortelle.

Les prises de position et les non prises de positions sont donc, en cette matière si fondamentale pour le Bien de l’humanité , et celle de milliards d’innocents crucifiés, très certainement, à mettre en balance lors de tout discernement et jugement en conscience. Car de fait, si la raison affirme l’existence du sacré et de Dieu, elle affirme également que ce Dieu et cet Etre premier est juste … qu’il y a un jugement éternel (après des jugements immanents  en vue d’une conversion ici-bas,  préférables au précédant réservé aux non-repentants) Car les affidés du démon savent que « Dieu existe, et ils en tremblent. »

Et que la phrase de  Karol Wojtila  en 1976  aux USA corrobore bien celle-ci en effet :

«Nous nous trouvons maintenant face à la plus grande confrontation historique que l’humanité ait connue. Je ne pense pas que de larges cercles de la société américaine ou de la communauté chrétienne le réalisent pleinement. Nous sommes maintenant confrontés à la confrontation finale entre l’Eglise et l’anti-Eglise, de l’Evangile contre l’anti-Evangile. Cette confrontation s’inscrit dans les plans de la divine Providence; c’est une épreuve que toute l’Eglise doit assumer… non seulement une épreuve pour l’Église, mais, dans un sens, pour 2000 ans de culture et de civilisation chrétienne et toutes ses conséquences pour la dignité humaine, les droits de la personne, les droits de l’homme et les droits des nations. « 

(…)  « Le cardinal Carlo Caffarra, de la  fondation de l’Institut pontifical d’études sur le mariage et la famille partageait une lettre écrite par sœur Lucie, dans laquelle, à propos de ce qu’elle a appelé une «anti-création», elle avertissait qu’« il viendra un moment où la confrontation décisive entre le Royaume de Dieu et Satan aura lieu sur le mariage et la famille. « 

Nous sommes en plein dans cette confrontation  et « anti-création » dont l’ampleur frappe aujourd’hui davantage et correspond aux avertissements apocalyptiques radicaux du cardinal Karol Wojtyla en 1976. Il semble plus probable, maintenant en 2018, que nous nous trouvions face à  face à la plus grande confrontation historique que l’humanité ait jamais connue et que l’Église et ses ennemis – l’anti-Église – sont au centre de la bataille.  Difficile de dire que ce n’est pas le cas : le mariage et la famille sont le Sanctuaire de la (Pro) Création, le message des évêques de France a bien mis l’accent, consciemment ou non, sur le fondement de la Dignité (Sainte) de la Procréation que la loi Bioéthique et la PMA impactent essentiellement.

Tout le reste en découle inexorablement.

(*) Le site bioéthique catholique diffuse et expose ces arguments par des videos d’experts et professionnels y compris récentes et émanant de toutes confessions et parti politique.

=> sur la réalité de « l’anti-création » (clonage humain, création artificielle d’êtres humains sans père ni mère) largement ignorée dans les débats et les publications ou déclarations manipulations et création artificielle d’embryons légalisées (lois 6 aout 2013 et 26 janvier 2016)

http://bioethiquecatholique.fr/?p=288

=> clonage humain légalisé  et modification du génome

http://bioethiquecatholique.fr/?cat=13

=> pleins feux sur la PMA : espèce humaine en danger (Alexandra CH)

http://bioethiquecatholique.fr/?p=1006

=>propositions constructives bioéthique catholique pour sauver l’humanité

http://bioethiquecatholique.fr/?p=804

=> rubrique  «et Dieu dans tout ça» «la Dignité sacrée de la Procréation»  :

http://bioethiquecatholique.fr/?cat=25

= > rubrique métaphysique :

http://bioethiquecatholique.fr/?cat=7