Marie Dominique Philippe contre Jean Paul II

Animation immédiate ou tardive : Le débat impossible ? ou les dessous des ressorts philosophiques ayant trompé l’Église et le monde.

Découvrir cet audio révélant une opposition entre le père Marie Dominique Philippe et le Pape Saint Jean Paul II :

La personne qui parle est le dernier moine ermite de la Congrégation Saint Jean.

Le sujet touchant aux fondements de la personne humaine en débat, il est naturel que nous relayons cette information de première importance dans notre site. En effet, ces débats ont des répercussions sur les déterminations de l’Église et des associations pro vies trompées quant à l’instant de la conception par des concepts tels que « personnes en devenir » ou « être humain en puissance », « personne potentielle »…

L’on pourra se reporter sur les onglets REGARDS Métaphysique, Théologie ou encore « Et Dieu dans tout ça ? » de notre site qui traitent de l’animation immédiate et par exemple dans les articles suivants : http://bioethiquecatholique.fr/?p=647 et http://bioethiquecatholique.fr/?p=637

commentaires de Bioéthique et catholique

Ainsi l’opposition ne porte pas seulement sur l’animation, mais sur des principes métaphysiques et fondements de la Personne dont se déduisent ces positions et affirmations sur l’animation de l’embryon.


Le responsable et porte parole de Vigilance Clonage International, de par ses implications à la demande de cardinaux aux conférences de l’ONU, puis au parlement européen aux cotés des associations européennes pro-vie et de Mgr Migliore qui y était nonce apostolique, puis lors des débats parlementaires en France depuis 1999 ( la brebis Dolly la loi 2004, la loi 2011, la loi 2013, les additions nombreuses depuis, le débat 2018, etc …), et en lien étroit avec nombre d’association pro-vie françaises ( CSNE, Union p la vie , sos futures mères, mère de miséricorde, union des médecins pour la vie, sos papa etc etc… mais aussi fondation j Lejeune, Christine Boutin et autres députés et sénateurs français ou européens) ou chrétiennes (forum, communauté de l’Emmanuel, Béatitudes, ctés religieuses, médias catho ou chrétiens y compris orthodoxe avec Aline Lizote et l’homme nouveau, IPC, formateurs de journalistes et communicants catholiques, semaines sociales de France etc etc )…. nous témoigne, à l’instar de l’institut Nazareth qui a publié toutes ses actions de lobby et de veille, hébergée par le site catholiquedu.net, que la position de la Cté St Jean a été complètement suivie par tous ces mouvements, leurs porte-paroles ou représentants . Elle a été la règle ORALE au sein de la Communauté dont il ne fallait pas dévier.
L’Église, au travers de ses représentants (et hélas surtout ceux du CEF et de chaque congrégation religieuse) a prôné dans toutes les commissions parlementaires, conseils d’état, auditions diverses, débats à chaque relance de loi bioéthique l’animation tardive.

Ceci a mené à se désintéresser du clonage : un clone conçu n’était qu’un amas de cellules ainsi que l’embryon qu’on congelait, manipulait et dont on se servait pour la recherche et la thérapie génétique. Et à faire des lois autorisant toutes les transgressions métaphysiques dont personne ne parle jusqu’à présent, sauf depuis cet été quelques voix laissent passer de tristes vérités que personne ne connait à part notre réseau qualifié de réactionnaire, fasciste, voire millénariste et complotiste, sans parler des mises au ban des déclarations de Jean Paul II et de ceux qui les diffusent ici ou là …

Les conséquences sont pour la société et la bioéthique, ses repères anthropologiques et ontologiques pourtant réclamés par les scientifiques chrétiens ou de bonne foi qui ont lancé une alerte en septembre 2012 signée par 300 d’entre eux avant la loi qui légalisera la transgression du clonage des embryons et de la recherche eugénique sur les embryons parue le 6 aout 2013 … après la Manif pour tous qui ont dévié l’attention sur le mariage pour tous et non sur la transgression bioéthique fondamentale : cette alerte ne sera pas entendue par les leaders LMPT, Vita et J Lejeune donc par le CEF et les mouvements affiliés : AFC, Emmanuel etc pour ne citer qu’eux ) :

Les conséquences et les gênes de ce fait pour revenir en arrière sont évidemment catastrophiques.

Il n’est plus possible de taire ni de dire que la position de la Cté St jean a été complètement suivie par tous ces mouvements et a été la règle ORALE dont il ne fallait pas dévier dans cette Communauté et pour tous ceux qui ont été « formés » par eux .

Le Père Patrick de Vergeron a fait au contraire l’eschatologie, théologie, exégèse de ce à quoi l’animation tardive a mené au travers des manipulations génétiques, du clonage humain, vers lesquels cette orientation philosophique a mené en supprimant les repères éthiques et anthropologiques nécessaires pour argumenter auprès des élus, des penseurs, des défenseurs de la vie et des droits humains comme de la vérité sur la Création, la dignité de la procréation et le devoir de ne pas transgresser ce qui ne doit pas l’être .

Il découvre à ceux qui veulent ouvrir les yeux que ces évènements, dans la Bible, les psaumes, les évangiles, peuvent être qualifiés d’Abomination de la Désolation ( Livre de Daniel et évangiles de la fin des temps ).
Il est difficile d’en résumer ici le contenu: ce sont 30 ans de travaux et de conclusions, confirmées et vérifiables ici ou là (par exemple les travaux du CESHE illustrent l’aspect exégétique et archéologique des textes, mais il y a aussi le CEC, les écritures saintes, les textes pontificaux, doctrinaux , de docteurs de l’Église, de pasteurs des autres religions, des mystiques …)

Le site bioethiquecatholique.fr tente de donner une tribune à ceux qui confirment et disent que tout cela est vrai et peut se vérifier, et qu’il est souhaitable de connaitre la bioéthique sous l’angle et le regard catholique, celui de la vision de Jean Paul II et non plus celui qui leur est imposé en oubliant les déclarations de Jean Paul II, le sens commun, et ouvrant la voie aux trompettes qui décident de faire de l’espèce humaine un amas de cellules, à l’instar qui veulent considérer nos cathédrales incendiées comme des amas de pierre.
Tout cela s’est fait et continue de s’aggraver de plus en plus à l’insu de tous les catholiques et celui de tous les français de bonne foi, ce depuis 40 ans ….

Il est temps que les voiles de l’Immaculée dévoilent cette œuvre diabolique et dévastatrice de la création humaine, de la Création tout court, de la vie humaine, de son commencement à sa fin, de la famille et donc de la société toute entière qui est fondée et responsable de toute la dignité et des droits de la personne dont elle a le gouvernement par ses 3 pouvoirs : politiques, culturels (médias , philosophie , arts information ), scientifiques (médicaux en particulier mais aussi sur la matière , en référence aux développements du CEREN par exemple) et son poumon : la finance dont on sait a qui elle « appartient »

1 Commentaire

  1. Moi aussi je connaissais le pere mdo philippe et nombre de mes amis ( et m^me de plusieurs de la famille ) qui y sont entrés ou sont devenus amis et oblats de st jean, ils confirment tout ce que je dis ci après :  » si on met le sujet sur la table dans la Cté elle « implosera  » (sic)  » et donc se gardent bien d’évoquer les sujets sensibles …. (même apres les revelations d’abus et corrections demandées par le Vatican à la Cte st jean en juillet 2016 et plus recemment dans les medias )

    Il n’a jamais été question de dire que le P Marie Do Philippe ait pu prôner l’avortement ou les manipulations génétiques jusquà 15 jours (ou 40 jours) après la conception

    Au contraire, il répondait que c’était pire d’intervenir dans cette période entre fécondation et conception de l’âme spirituelle dans l’embryon « mur » , que après ( et alors c’était un avortement puisque l’embryon étant animé il était une personne avec un corps uni à son âme humaine: donc avant ce n’était pas un avortement puisqu’il n’y avait qu’une personne potentielle ou un être humain en puissance , terme propagé dans les années 80 et dans les écrits de St Jean dont en particulier les 3 Sagesses de Frédéric Lenoir, voir note ci après )
    en particulier les 3 SAGESSES de Frederic Lenoir )
    Le p Marie-Do écrit : si on intervient dans cette période de « pré embryon  » (humain en puissance) on touche (non pas à Dieu directement, ni à l’âme de l’embryon qui n’est pas encore créé mais) à SON intention CREATRICE de créer un être humain. Bref, il considérait une interruption comme un « avortement » d’une réalité humaine portée par l’Intention Créatrice de Dieu . C’était considérer de tels actes comme non des crimes ou des meurtres de vie humaines, mais plus gravement comme des actes contraires à l’Intention Créatrice de Dieu directement …[assimilés à des sacrilèges, donc plus graves que l’avortement …. des propos qui de fait n’ont pas été beaucoup diffusés et propagés par la Cte St Jean elle même ]

    (*) le P Marie Do Philippe expose que l’argumentation contre l’avortement de Jean Paul II reposant sur l’animation immédiate, est apologétique,  non philosophique (ce qu’il aimait à rappeler en conférence!) contrairement à son enseignement réhabilitant une philosophie réaliste, métaphysique moderne: « Pour ceux-là, du fait même que l’embryon a son chiffre biologique, c’est le signe que l’âme a été créée par Dieu. Cette position est intéressante, mais je crains que sa perspective soit un peu apologétique, pour fournir des raisons importantes contre l’avortement… »  (phrase recueillie par l’apostat Frédéric Lenoir,  page 186 , Les trois sagesses, édition 1994).  

    MDP dit ceci, Lettre à un ami, page 72, note 11 :  » Nous ne pourrions affirmer d’une manière absolue qu’il y a un être nouveau que si nous pouvions affirmer que l’âme est créée dès la conception, puisque l’âme est principe d’être. Or, nous ne pouvons pas l’affirmer, car nous ne pouvons pas savoir à quel moment exact l’âme est créée. Nous n’avons donc ici qu’une démonstration par mode de signe. On connaît l’objection de certains : le fœtus n’est pas une personne humaine. A cela nous répondons que nous ne pouvons conclure ni dans un sens ni dans l’autre de façon catégorique,mais que le fœtus est, dans son être vivant, virtuellement, « intentionnellement », une personne humaine

    (**) Voici un résume de ces oppositions fondamentales exposées chronologiquement dans l’interview diffusée ici

    La pensée du Père ( Marie Do ) pour une métaphysique de la Personne :

    – Où est le lien qu’il y a entre l’esse et l’ Acte pur et ce qui fait exister dans l’existence de l’homme, où est le lien qui permet de prolonger la métaphysique d’Aristote vers la « métaphysique de la Personne » ?
    C’est le noùs , c’est l’intelligence qui fait que je suis en lien direct avec l’ Acte pur créateur de Dieu dans tout ce qui existe : « primo cadit in intellectus ens ».
    – Nous savons que ce principe, évident pour tous les frères (de St Jean), n’est pas exact: c’est la Memoria Dei qui me met en lien immédiatement et sans voile avec l’Acte créateur de Dieu , ce n’est pas le noùs .
    – A partir de cette erreur fondamentale le p Marie-Do donnera le noùs comme étant le metaxu sans voile pour construire une métaphysique de la Personne, qui, soi disant, permet de prolonger Aristote aujourd’hui… En fait on (la Cté St Jean) élabore une véritable inversion d’Aristote. Tel est le fond de la véritable guerre entre les frères de St Jean et le Saint Père, entre la Congrégation et la doctrine de Dieu .

    – Où est-ce que l’intelligence, l’esprit, est en contact direct avec l’Acte Pur qui est Dieu ?
    Le jugement d’existence va jouer le rôle de médiateur.
    Mais voilà : alors, ce n’est pas sans voile. …… Sans compter que le lien direct sans voile viendrait alors du sujet, de la personne, de moi, de nous : nous sommes en face d’une véritable inversion : une tentation spéculative majeure !

    – En réalité, nous le savons aujourd’hui, c’est par la Memoria Dei que l’homme trouve sa dignité de Personne au premier instant de sa conception.
    Puisque c’est la Memoria Dei: le lien de la dignité de la Personne humaine en lien avec l’esse, l’Acte PUR (l’energeia protè) et aussi l’acte créateur de Dieu –les 3 – implique l’animation immédiate. Si par extraordinaire c’était le noùs on aboutira en toute logique … à l’animation tardive parce qu’il FAUDRAIT attendre que le jugement d’existence soit possible dans l’embryon.

    – Ainsi , à partir de 1981 : naissance d’une pensée qui a trahi et inversé toute la pensée d’Aristote.
    Pour les frères de St Jean la Memoria Dei n’existe pas (!!!) …
    Pour eux ce qui fait la dignité de la personne humaine c’est le noùs , l’intelligence, cette lumière qui actue le diaphane intérieur de l’intellect possible
    De sorte qu’au terme : – tout ce que dit le St – Père sur l’innocence divine, la liberté du don, la Memoria Dei , est, disons, méprisable … « On ne doit pas le suivre »
    – l’Evangile de la vie du St – Père, c’est faux, parce que l’animation est tardive,
    – le St – Père s’est trompé en parlant d’animation immédiate au génome le 24 février 1998, parce que le St-Père ne SAURAIT PAS ce que c’est qu’un fondement EN METAPHYSIQUE ARISTOTELICIENNE .

    Du coup la métaphysique de l’être humain, l’anthropologie, la vision sur l’homme n’est plus du tout la même, puisque pour le père Marie-Do l’ homme ne possède que deux puissances : le noùs et la voluntas …..
    alors qu’en réalité l’ homme a trois puissances : la Memoria Dei , le noùs et la voluntas ( capacité d’aimer) .

    Une fois que le Pape comprend que la Communauté St Jean est en train de faire naviguer à la vitesse de l’éclair le bateau de l’Eglise directement sur un iceberg , qu’il risque bien de faire couler le Titanic, il corrige ce que dit Marie – Do …
    Il dit que c’est une erreur spéculative et il écrit en extrême urgence Veritatis Splendor et Fides et Ratio :
    « Non, il n’y a pas 3 niveaux d’éthique, il n’y a pas le Bien de l’amour d’amitié, le Bien de l’éthique religieuse et le Bien surnaturel chrétien : il y a un seul Bien ! Il n’y a pas 3 sagesses, il y a une seule sagesse ! Si vous dites que chacune est totalement autonome, en particulier du point de vue éthique: l’amour d’amitié est autonome, tu atteins ton bien dans l’amour d’amitié, tu le cultives pour lui-même, ça fait un tout, c’est un bien en soi : c’est faux » , c’est condamné explicitement par les encycliques du St – Père .

    Quand c’est sorti : la Cte St Jean prend la position suivante
    « Le St – Père a sorti une encyclique certainement très intéressante, nous aimons énormément le Saint Père »
    Mais on n’en a pas dit davantage dans le studium !!! Et on n’a pas regardé ce qu’a dit le Saint Père.
    Ces encycliques constituaient pourtant une correction majeure ; je crois que cette « condamnation directe » était vraiment pour le père Marie – Do ; Le Pape avait écrit cela pour nous, sentant les conséquences de l’erreur . Les frères de St – Jean sont-ils au courant de cela ? Non !

    Alors le spectacle de la naissance d’une éthique de l’homosexualité qui s’oppose frontalement à l’ontologie de la Sponsalité va s’imposer . Le St – Père a expliqué pendant trois ans et demi quatre ans que la Sponsalité est une analogie propre
    P. Marie-Do, lui, chaque année et p. Rouvillois… dans ses discours qu’il fait encore cette année depuis Avignon, va donner un coup de patte à la Sponsalité : « c’est un poème », « c’est métaphorique » : Une injure invariablement et obstinément répétée dans la formation ! Ils ridiculisent tout l’enseignement du St – Père sur le corps spirituel dans la signification sponsale du corps , et on va former les frères dans le mouvement contraire de la Sponsalité .

    Nous avons ici les 5 points sur lesquels la formation avance de manière profonde sous les différents aspects des modalités métaphysiques de cette formation pour renverser dans les frères la possibilité de servir l’Eglise dans le monde d’aujourd’hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*