Révision 2013 LOI BIOETHIQUE : effet cliquet la dégradation totale du statut de l’Embryon humain Gestation anonyme et Antichambre du Clonage d’Embryons

La dégradation : révision loi bioéthique de 2013
Devant l’état d’esprit entendu et une opinion totalement désinformée et manipulée pour croire que le clonage humain est techniquement impossible et que en France  la Loi -interdit le clonage humain la voie est totalement libre pour achever le plan à l’insu de TOUS ,tandis que les pancartes dans les rues défilent pour leur donner à se cogner contre l’Arbre qui cache la forêt, une forêt pleine de marécages
 
Et sous pressions des laboratoires et industries pharmaceutiques cette révision shunte la procédure légale (la loi sera tout de même adoptée par l’utilisation de l’art 49-3). De fait dans la loi de 2011 toute modification qui doit être précédée d’Etats Généraux nationaux, selon l’art 46 de la loi bioéthique «tout projet de réforme sur les problèmes éthiques (…) doit être précédé d’un débat public sous forme d’états généraux. » L’une des difficultés à « aller plus vite » concernait les conditions de révision systématique de la loi de bioéthique, en prévoyant en 2011 l’organisation d’états généraux de la bioéthique tous les cinq ans. L’année suivante, l’OPECST révisera en 2013 la loi.  Nous sommes clairement ici dans une perception relativiste de l’éthique et de la loi morale.
 Le 4 décembre 2012 , le Sénat votait une projet de loi du groupe radical (0 vote contre )
« autorisant sous certaines conditions la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires ».
Le principe de protection de l’être humain devient l’exception la recherche sur l’embryon glisse d’un régime d’interdiction avec dérogations 
                                                          à un régime d’autorisation encadrée  
Ce passage de l’interdiction avec dérogation à l’autorisation « encadrée » est un véritable recul: le principe fondateur de la protection de l’être humain devient exception à la règle nouvelle de sa non-protectionLe recours à des embryons humains pour la recherche devient la règle, la conscience de l’humanité présente dans la cellule-embryon s’évaporera avec l’habitude de traiter cette cellule comme une autre, niant sa spécificité et réalité humaine Cette banalisation ouvre ouvre la porte au clonage thérapeutique tout court, grâce également à la banalisation de l’ovocyte et à la multiplication des donneuses.
 
2°) L’élargissement des dérogations actuelles est également porté par cette modification de la loi de 2011. Il sera expressément prévu dans la loi, pour la première fois, quune «recherche fondamentale» pourra être menée sur des embryons humains, c’est-à-dire sans aucune perspective thérapeutique concrète
 
Là où dans la loi de révision 2011 il était nécessaire «d’établir expressément qu’il est impos-sible de parvenir au résultat escompté par le biais d’une recherche ne recourant pas à des embryons humains» il suffit que «cette recherche ne peut être menée sans recourir à ces embryons«L’exigence d’une preuve scientifique démontrant l’impossibilité de mener une recherche alternative ne sera donc plus requise. La banalisation est acquise
Un article de Mediapart de 2014 l’affirme preuves à l’appui (délibérations de la Région Ile de France pour le soutien et l’investissement dans la recherche sur les cellules souches embryonnaires)https://blogs.mediapart.fr/thomas-roussot/blog/190614/l-hypocrisie-de-l-etat-francais-sur-le-clonage-humain
Qui pourra s’opposer à cette politique qui de surcroit est largement occultée au public et aux institutions françaises ? 
Ce qui n’est pas le moindre des maux en cette matière tant il est vrai que l’ignorance tue et laisse libre cours aux apprentis sorcier, aux eugénistes en chambre et aux criminels contre l’espèce humaine que la loi Bioethique était censée juguler, reculer, maitriser : Il n’en est rien.
 
 
 3°) Dons de gamètes fecondables et Cellules IPS alternative refusée par idéologie 
Ian Wilmut réoriente ses recherches vers une technique de reprogrammation de cellules adultes en cellules souches, considère, au sujet du droit français, que le législateur va à contre-courant en ouvrant la voie à la manipulation de l’embryon. Ce chercheur écossais estime qu’une nouvelle technique de production de cellules souches pluripotentes «induites»(IPS), mise au point par une équipe japonaise, rend dès lors inutile le clonage.
Un chercheur japonais avait déjà publié un an avant la transformation réussie de cellules de la peau de souris adultes (des fibroblastes) en cellules souches.(Cellules IPS). Cette recette,«marche» aussi sur les cellules adultes humaines et transforme les cellules adultes en cellules partageant les caractéristiques génétiques des cellules souches embryonnaires. Cette technique lève l’opposition éthique aux recherches sur l’embryon, car elle se passe de l’étape du clonage. La recette japonaise utilise une technique de modification des cellules directement d’un malade, en cellules souches, sans passer par un embryon cloné, qui ont bien plus de potentiel que ceux des clones lesquels comportent des risques médicaux largement pressentis avec des cellules souches adultes clonées .. mais dans une moindre mesure avec des cellules souches d’embryons clonées.
Mais cette solution ne s’inscrit pas dans le plan de désacralisation de l’embryon, permettant à moyen terme la PMA pour couples socialement infertiles avec GPA, ainsi qu’une décomplexion de l’avortement, les nouvelles méthodes de contraception et donc pourvoyeur de matériel génétique pour nos chercheurs.    
 
Néanmoins il ne faut pas se faire d’illusion: la technique IPS permet de faire des cultures d’organes sexuels à partir de cellules germinales ainsi créées . De ce fait c’est la liberté de recherche sur les embryons qui permettra de disposer d’ovules et de spermatozoïde sans faire appel à des donneurs anonymes… 
De ce fait les dons d’ovules & de spermatozoides  sont desormais légales en France    
 
 TOUT SERA PASSE SOUS SILENCE : 
C’EST CELA LE PIRE DE TOUT
les autres slogans: PMA, GPA, MPT etc.
 eux, seront autorisés  

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire