Publication du rapport des États généraux de la bioéthique 2018 par le CCNE

Télécharger le rapport

Lire le résumé du rapport

La machine broyeuse avance et ne s’arrêtera pas. Seul le bras de Dieu interviendra soudainement comme Il le fit contre Nabuchodonosor, dont il se servit auparavant pour la purification du peuple Israel et des ses prêtres.

Ces avis montrent que, comme les lois du 6 août 2013 et celle du 26 janvier 2016 ne sont qu’à peine dénoncées (par Jacques Testart à la commision parlementaire bioethique en juillet et en filigrane par deux ou trois communiqués de JM Lemene au 2è trimestre, deux autorités écoutées qui depuis 20 ans cachaient la verité de la loi Bioethique dans son Abomination eschatologique et Crime contre la Création … ) la Machine peut continuer à élargir et amplifier son Oeuvre de dévastation de la Procréation humaine qui est la Sanctuaire de la Vie réservée à Dieu seul, le Saint des Saints que les Puissances investissent et dont elles prennent possession, du moins le croient elles.

Si elles offensent la Paternité Divine et le Coeur de Dieu, il n’en reste pas moins le Dieu Tout Puissant, Maitre de tout, du temps et de l’Histoire.

PS : ci-après le communiqué de presse de la fondation Lejeune suite à la publication du rapport du CCNE :

« Le CCNE rend aujourd’hui son avis sur la révision de la loi de bioéthique. S’il n’engage pas le politique, il influencera fortement, comme le rapport du Conseil d’Etat, les évolutions de la loi de bioéthique.

Les contours de cette loi seront finalement décidés par des « experts » et des juges, imposés au législateur ainsi qu’aux Français à qui l’on se garde bien d’expliquer clairement les enjeux.

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, attire l’attention du législateur sur deux points cruciaux, que le débat sur la « PMA pour toutes » masque aux Français :

– la recherche sur l’embryon humain. L’avis du CCNE recommande une déréglementation complète de la recherche sur l’embryon humain : il veut libéraliser la recherche en supprimant les deux critères, finalité médicale et absence d’alternative. Il propose également de ne plus soumettre la recherche sur l’embryon humain et les cellules souches embryonnaires au même régime juridique. L’embryon humain était déjà moins protégé que l’embryon animal. Il sera davantage manipulé. Plus aucune différence ontologique ne lui est reconnue.

– l’élimination en masse des enfants trisomiques. L’extension du diagnostic préimplantatoire à la trisomie 21 légitime un eugénisme de masse.

Jean-Marie Le Méné souhaite que les parlementaires ne se laissent pas imposer la loi par des « experts » et des juges. Il leur demande de ne pas faire le jeu de l’industrie procréative et des laboratoires pharmaceutiques qui sont dans une logique de marchandisation de l’être humain. C’est le véritable enjeu, masqué par les débats sociétaux, de cette loi de bioéthique.
Le CCNE, qui a organisé la « consultation citoyenne », émet un avis dans lequel la notion de progrès remplace ce qui est juste, ce qui est vrai, ce qui est moral, ce qui est bon pour l’homme. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire