Parole d’évêque : 3 minutes sur la GPA par l’archevêque Mgr Michel AUPETIT

Alors que le projet de loi sur l’extension de la PMA à toutes les femmes sera présenté en Conseil des ministres en début d’année 2019, Monseigneur Michel Aupetit estime dans Le Grand rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos, que « l’on va payer très cher » cette réforme.

Extraits : le debat bioéthique actuel n’est pas une question de combat ( dialectique ) mais une question de vision humaine, qu’est-ce que c’est  que l’homme, qu’est ce qui fait la dignité de l’homme, la valeur d’un homme ? Il faut réfléchir aux questions anthropologiques, sinon, après on reste à des bricolages de surface mariage pour tous : il y a eu plusieurs millions de personnes dans la rue, on n’a pas tenu compte de ce qu’ils ont dit. 

Un enfant nait d’une relation d’un homme et d’une femme, si on fait autrement, on change le droit qui se met au service du desir, or le droit doit être au service du bien commun  et non du  désir et notamment des plus vulnérables et actuellemet on « satisfait »des gens qui sont plus puissants ( ce sont des gens qui ont des sous qui demandent des enfants PMA) et revendiquent des enfants dans un mode dans des conditions qui ne sont pas adéquates. 

Il n’y a pas d’injustice à ne pas ouvrir le droit à l’enfant à des gens qui ne sont pas stériles : ils peuvent avoir des enfants de façon adéquate ! Or en « pma pour tous » il n’y a pas de sterilité pour ces femmes : ce qui permet de faire advenir des enfants de façon contraire aux droits de l’enfant  [l’adoption n’interdit pas à des femmes seules ou non d’adopter un enfant déjà conçu et que les parents ont confié ou abandonné à l’adoption : il a un père et une mère   et l’adoption lui permet d’être éduqué par des parents qui a minima n’évacuent pas le besoin de toute personne  de se construire en reference à un père et une mère].

En effet, le  projet PMA ne considère pas leurs droits, à l’instar de la convention de l’ONU qui dit que le droit de l’enfant repose sur celui  d’avoir un père et une mère. Or là, c’est le droit des plus puissants et des adultes  qui prévaut sur le droit de l’ enfant, des enfants qui sont vulnérables : enfant  (infans) signifie  « qui n’a pas la parole »… la justice  et le droit  doivent prendre pour eux la parole et non l’inverse.

En s’étant laissé entrainer dans cette dialectique centrée sur le projet PMA, Mgr Aupetit a pu défendre le droit des enfants… mais celui-ci n’est-il pas bafoué par la loi mariage pour tous qui permet à des paires de pères (ou de mère) l’accès à la PMA… depuis 2013 : il manque aussi une mère ou un père !

Insistons encore : Mgr Aupetit avait raison de remettre le débat, dès le début de cet entretien sur la vraie question « qu’est ce que l’homme« . Peut on ajouter : qu’est ce que la Procréation qui en est le principe, la source et le fondement ?

Le débat bioéthique actuel, comme le dit Mgr Aupetit, n’est pas une question de combat (dialectique) mais une question de vision humaine : qu’est-ce que c’est que l’homme, la valeur d’un homme ?

Il faut réfléchir aux questions anthropologiques, alors qu’on en reste encore à des bricolages de surface : mariage pour tous, pma … qui ne sont que des paravents de l’Inadmissible de ce que la loi bioéthique a déjà légalisé : le clonage humain depuis 2004 et surtout celui d’embryons PMA en 2013 ( loi du 6 août 2013, pendant la loi Mariage pour tous). 

LMPT et PMA sont des écrans de cette Iniquité anthropologique non portée à la connaissance des « 20 millions de personnes dans la rue » dont parle ici Mgr Aupetit.

Et depuis le 26 janvier 2016, la procréation artificielle d’enfants sans père ni mère à partir de cellules germinales (obtenues en détruisant des embryons conçus en PMA ou d’autres disponibles, tel les foetus avortés (le Pr Privat l’a avoué aux Bernardins il y a deux ans) et autres « déchets humains » des maternités). Ces cellules germinales permettent la fabrication de spermatozoides et d’ovules et leur fécondation sous pretexte de pallier au manque de donateurs ( encore anonymes, là ils le seront absolument en plus d’être artificiels). La technique maitrisée a été décrite à Strasbourg début 2018.

AUTREMENT DIT des enfants ARTIFICIELS, SANS PROCREATION, sans père ET sans mère.

Vraiment la loi PMA pour tous est une mascarade qui focalise les débats et interviews, et, de fait, occulte la dévastation de la Procréation et de la nature humaine… ce que la loi bioéthique elle-même affirme être un crime contre l’humanité et tout le monde surfe sur ce débat dans l’aveuglement et le mutisme le plus observé qui soit.

Qui portera ces informations à Mgr Aupetit ? Lui aura surement le courage de briser ce Grand Silence publiquement et ouvertement.

Car enfin, ne peut on aller plus loin ? S’il s’agit d’éclairer sur la loi bioéthique sur la champ de l’anthropologie et de l’humanité, ces enfants-clones (fabriqués par scission nucléaire de noyau humain), ces enfants-germinaux : quelle est leur Dignité ? Quel est leur droit ? Quelle est leur valeur? Ont-ils une âme humaine pour leur imposer d’être ainsi faits et d’être des esclaves de la folie nazie qui imprègne désormais nos politiques, nos médias, nos scientifiques, nos « médecins procréatifs « ces Professeurs Menguele du 21 è siècle !

Le public n’a-t- il pas droit de savoir ce qui lui est caché et qu’il abhorre? Et de le crier, avec toute la légitimité qui porte ce cri, comme le fait par exemple cette scientifique courageuse Pr Alexandra Caude Henrion qui ne craint pas de dire la vérité cachée par tous à l’instar du Pr Jacques Testart qui lui aussi dénonce le clonage humain, l’eugénisme procréatif légalisé, depuis 2 ans.

Ceux qui se taisent ne sont-ils pas coupables autant que ces dévastateurs de la nature humaine « devant le Tribunal de Dieu et le Tribunal de l’Histoire » ? (Mgr Angelo Bagnasco, alors président du Conseil épiscopal d’Italie) 

L’Eglise n’a-t-elle pas à dire, au moins à ses fidèles pour les porter à en comprendre toute la richesse et la valeur universelle, que la Procréation est Sacrée : n’est-elle digne d’être appelée même le sacrement de la famille ? Il n’y a pas de famille sans procréation d’une façon ou d’une autre. Sacrement dit Présence Divine qui agit et crée : ce ne sont pas les parents qui créent une âme immortelle ( même les philosophes grecs païens le démontrent : « l’etre humain provient d’un Etre Premier ») mais Dieu. Cette fabrication d’êtres humains faite de « façon inadéquate » – et mieux que ce propos dans ce 5mn avec Mgr Aupetit, dans une procréation artificielle inclus le clonage humain c’est de « façon abominable  » – est une intrusion dans ce « Sanctuaire de la Création humaine qui est réservée à Dieu seul » (Déclaration de Jacques Chirac au salon Biovision de Lyon en février 2001) ?

Ne se trouverait-il donc pas un pasteur courageux, un leader de mouvement reconnu, catholique ou pas, qui ouvre plus encore cette boite de pandore ? Et fasse cesser cette mascarade et occultation de l’Abomination qui ouvre de toute évidence à la Dévastation de la famille, de la nature et de l’espèce humaine, bref de la société : Monseigneur Michel Aupetit estime dans ce Grand rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos, que « l’on va payer très cher » cette réforme : et comment !

Notre site expose et offre matière à preuves irréfutables, réflexions pouvant être approfondis que ces lois passées et cachées par ceux qui (auraient du et ) doivent les dénoncer, condamner, décrypter, expliquer, mettre au grand jour, peuvent générer. Elles sont fondées sur des interventions et travaux ignorés, méconnus ou marginalisés y compris en matière juridique, philosophique et scientifique, ecclésiologique, scripturaire, prophétique, théologique, métaphysique et aussi eschatologique qui nous enseigne sur ce genre de « Transgression Suprême » actuelle et non dévoilée à tous.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire